<<<

À CEUX QUI NE REGARDENT PAS


CRÉATION 2023

 

Texte et mise en scène - Frédérick Darcy
Jeu - Wilda Philippe

Voix, chant - Yasmina Maiza et Lucile Bailly-Gourévitch,
Composition et instruments - Maria Laurent

Collaboration artistique - Estelle Bordaçarre
Scénographie - Adrien Jutard

Régie son - Laurent Fritsch

Assistant et régie - Matthieu Aubert

Costumes - Galina Moskvina

Partenaires : Ville de Saint-Louis, Ville de Ensisheim, Le Triangle de Huningue, Médiathèque Départementale du Sundgau à Altkirch, MJC de Marckolsheim, Helicoop, Ville de Wittelsheim, Lycée Jean Mermoz de Saint-Louis.

À partir de 13 ans

Dates de représentations :

  • 2 juin, au Séchoir (étape, répétition publique) - 15h
  • je 8 juin, à la salle Liberté à Ensisheim - 20h
  • ve 9 juin, à la Médiathèque Départementale du Sundgau à Altkirch - 14h
  • je 12 octobre au Forum de Saint-Louis - 20h
  • ve 13 octobre, à la Bouilloir à Marckolsheim - 20h
  • sa 14 octobre, à Helicoop, Le Saulcy (Vosges) - 20h
  • ve 10 novembre à la salle Grasseger de Wittelsheim - 20h


Résumé

À ceux qui ne regardent pas, aborde de manière sensible l'histoire d'une femme en lutte dans une forêt primaire incendiée et convoque ses souvenirs et son enfance pour réinvestir son choix de vie.

Quelques années auparavant, elle avait fui l’urbanité pour se retrouver seule et vivre dans la contemplation idyllique. Le texte commence par le désastre ; l’incendie, ici, peut être considéré comme une métaphore d’un monde humain et urbain qui, à un moment ou à un autre, rattrape ceux qui tentent de s’en échapper. Mais face à l’adversité la protagoniste décide de lutter.


Note

Il  s’agit du troisième volet de Fuite/Forêts, les deux premiers étant La femme à la hache et Celui qui tire sur les satellites. À ceux qui ne regardent pas clôt le triptyque par un personnage féminin comme il a été initié par le premier volet.

Le deux premiers volets abordent respectivement au travers d’un regard féminin et masculin, le sauvetage de soi et un autre rapport au monde avec la forêt comme lieu de refuge. Le dernier aborde la destruction du refuge et l’interdiction d’expérimenter toute alternative dans le mode d’existence.